Vous le savez bien, avoir une bonne orthographe est important.
Notamment dans le milieu professionnel, où il est bien établi que certaines fautes d’orthographe remettent en cause la crédibilité et la compétence de celui qui les a faites.
Le manque de tolérance est généralisé à l’égard des fautes d’orthographe mais il est encore plus évident avec certaines fautes… dont les accords du participe passé.


Le cauchemar du participe passé

Quand on a des difficultés avec le participe passé, la seule idée de faire une faute d’accord - et donc une faute d’orthographe - ça énerve, ça met mal à l’aise. Faire une faute de participe passé, ça a toujours quelque chose de gênant qui nous met dans une situation inconfortable.
Parfois, on devient tellement obsédé à la seule idée de faire une faute d'accord qu’on est en stress avant même d’avoir écrit une ligne !

Il est vrai qu’à partir d’une faute d’accord du participe passé (une règle qui, malgré sa difficulté, parait être connue de beaucoup de gens), notre lecteur va se faire une opinion de ce que nous sommes, en termes de traits de caractère, de personnalité, de motivation, de valeurs.
Que cette opinion corresponde au non à la réalité n’a pas vraiment d’importance, car c’est trop tard : notre interlocuteur se sera figé sur l’idée que "Quand même, il (ou elle) fait beaucoup de fautes. Qu’est ce que ça cache ?". Un peu comme si la faute d’orthographe liée à un accord du participe passé était l’arbre qui cachait une forêt de défauts plus graves.

Ecrire quand on ne maîtrise pas les règles du participe passé peut vite devenir un cauchemar...
Parce que celui qui nous lit, lui, connaît ces fameuses règles.


Et si, vous aviez accès à une méthode qui vous permette de définitivement en finir avec le cauchemar du participe passé ?
Cette méthode, elle existe bel et bien. Et elle n’a rien à voir avec les livres de grammaire que nous avons tous connus. 

Cette méthode je l’ai imaginée, à partir de ma propre expérience mais aussi et surtout après avoir longuement étudié des spécialistes de l’apprentissage.

Notamment : 
  • Les travaux du Dr Ghyslaine Wettstein-Badour sur les principes facilitateurs d’apprentissage ou de réapprentissage. Elle a établi que les facteurs clés de succès sont : 1. La simplification sans dégradation de la grammaire, et 2. associée à stratégie d’apprentissage qui va toujours des règles générales vers les exceptions.
  • Les travaux de la linguiste Christine Contant, professeure de français écrit à l’Université du Québec à Montréal, qui la première a montré la voie du récit pour expliquer des notions grammaticales difficiles.
J'ai aussi travaillé à partir des découvertes des neurosciences et notamment les recherches sur la mémoire qui montrent que la mise en récit contribue à une meilleure efficacité de l’apprentissage, en termes d’attention, de compréhension, de mémorisation et de motivation.
Les histoires de Participe Passé sont une méthode innovante, simple, claire et surtout efficace
 


Une méthode innovante   

.Avec Les histoires de Participe Passé, vous allez découvrir  :
  • Une méthode orthographique structurée en cinq étapes qui va vous permettre (ou permettre à votre enfant) de définitivement en finir avec le cauchemar du Participe Passé.
  • Une méthode orthographique innovante et ludique adaptée à la façon d’apprendre de chacun d’entre-vous (enfant ou adulte).
  • Une méthode qui peut vous donner le pouvoir de maîtriser l’une des règles grammaticales la plus difficile en français écrit.
 
 
Je veux en finir avec le cauchemar du Participe Passé.
 


Une méthode pour tous les profils d’apprenants

Il s’agit d’une méthode structurée comme un récit qui met en scène les principales difficultés grammaticales liées à l’accord de Participe Passé.
Pourquoi le récit ? Parce qu’il a l’avantage d’être une méthode beaucoup plus facilitante que toutes celles qui figurent dans tant d’excellents, mais trop souvent inaccessibles, manuels de grammaire. Il a aussi l’avantage de motiver les enfants à s’investir dans le récit pour comprendre ce qui va arriver aux différents personnages. Or, quand on est motivé, on apprend plus facilement.

La méthode s’articule autour de trois éléments conçus afin de respecter les modes d’apprentissages de chacun.
Ainsi certains, les auditifs, adoreront écouter la bande audio.
Les visuels regarderont plutôt la vidéo.
Pour les kinesthésiques, les illustrations du e-book permettront de mimer ou de jouer les situations grammaticales.

Avec le pack Les histoires de Participe Passé, vous avez à votre pleine et entière disposition, la ou des modalités d’apprentissage qui vous conviennent le mieux.
Pour faciliter l’application de la règle, la méthode comprend également, pour chaque situation grammaticale, une série d’exemples expliqués pas à pas.


 
Je veux en finir avec le cauchemar du Participe Passé.
 


Oui, mais….

Vous vous demandez peut-être si cette méthode est vraiment sérieuse ? Ou encore, si le fait de raconter une histoire est un peu infantilisant ?
Voyons cela point par point.
  • Cette méthode est une autre approche de la grammaire en aucun cas, une nouvelle grammaire. Ainsi, Les histoires de Participe Passé respectent absolument toutes les règles grammaticales du français écrit. Simplement, elles proposent une approche innovante de la grammaire… Justement parce que tant d’études montrent que l’échec est à 45 % lié à l’inadaptation des méthodes par rapport aux besoins spécifiques des élèves.Cette méthode est innovante, pas révolutionnaire. Aussi, on y rencontre le verbe être ou le verbe avoir, notamment aux chapitres II à IV, le complément d’objet direct auquel trois chapitres (un par type de situation d’utilisation en fait) sont consacrés… Rien que les notions officielles que vous (ou votre enfant) avez déjà vues.
    Mais tout ça avec une autre façon de faire que d’énoncer des règles… Avec une histoire, une sorte de conte grammatical.
 
  • Si quelqu’un vous a dit qu’apprendre avec une histoire, c’est infantilisant, eh bien il se trompe.  Déjà, dans les années soixante-dix Roland Barthes, l’un des plus célèbres philosophes français disait à ce sujet que « Le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; le récit commence avec l’histoire même de l’humanité ; il n’y a pas, il n’y a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit ». Il affirmait aussi que le récit est l’une des grandes catégories de la connaissance que nous utilisons pour comprendre et ordonner le monde.
    Depuis la nuit des temps, nos cerveaux sont câblés pour se connecter aux histoires. Et il y a une bonne raison à cela : le récit et les histoires permettent de comprendre et de donner du sens aux choses complexes.
    Ce que disait Roland Barthe a depuis été confirmé par les neurosciences. Toutes les recherches sur la façon d’apprendre du cerveau humain démontrent l’efficacité des approches narratives, c’est-à-dire des histoires. Le récit crée de l’émotion. Et en créant cette émotion, il facilite et il assure la mémorisation.

    Pourquoi ? Parce que l’émotion ouvre la voie aux associations d’images, de musiques ou d’idées. L’histoire devient alors personnelle et donc pertinente pour votre enfant, qui va la graver dans son souvenir.

    Ceci est extrêmement important. Car se souvenir est la première étape de la mémorisation. Bien mémoriser une règle d’accord, c’est la stocker pour longtemps dans son cerveau et être en capacité de la réutiliser à chaque fois qu’on en a besoin.

    Les histoires grammaticales, ça marche vraiment mieux que le par cœur ! Car, c’est un fait mis en évidence par de nombreux chercheurs en pédagogie : la mobilisation d’éléments visuels, auditifs ou gestuels pour se représenter les informations de l’histoire est un très puissant facteur de mémorisation.
 
Je veux en finir avec le cauchemar du Participe Passé.
 
 

La garantie 20 jours

Cette méthode orthographique a nécessité plusieurs mois d’écriture et de test. Malgré cela, elle pourrait ne pas vous convenir. Mais soyez tranquille, vous aurez le temps de l’évaluer. En effet, vous bénéficiez du remboursement inconditionnel de 47€ pendant les 20 jours suivant votre achat. Autrement dit, vous n’avez aucune démarche particulière à faire, aucune condition à remplir… Simplement à m’envoyer un email.


Allez-y et finissez-en avec le cauchemar du participe passé !

Alors allez-y immédiatement et découvrez les Les histoires de Participe Passé.
Vous recevrez immédiatement Les histoires de Participe Passé dans ses trois versions :
- format e-book,
- format audio et
- format vidéo.

Au programme :


et en cadeau : une synthèse illustrée – une carte conceptuelle en fait- qui reprend toutes les règles générales en une page A4.
Cette synthèse est  parfaitement opérationnelle et utilisable par tous (enfants et adultes).
Enfin, en bonus : l'e-book, l'audio et la vidéo consacrés à LA bête noire de l'accord du Participe passé.
Le participe passé employé avec ETRE et précédé d’un des pronoms: me (m’), te (t’), se (s’), nous, vous.

Tout ça pour 47€... À comparer au prix des cours avec un organisme de soutien scolaire ou celui de cours particuliers.


 
Je veux en finir avec le cauchemar du Participe Passé.